L'or de l'eau

La soie mouvante de l'eau, moire de nos sentiments, rivière de la vie qui court, fin de soirée de juillet.
Je me déplace à peine. A l'ombre, les rides et les plissés deviennent peau.
L'or, au soleil presque effacé, s'éteint.

IMG_0908.jpg

Le vent qui se lève a chassé la brume.
Tout se confond: étincelles des traits, cicatrices des vieilles roches roulées et basculées,
douceur des traces laissées dans le sable au plus tranquille des eaux. L'eau et la pierre.
Ne se distinguent plus, ni les miroirs des reflets, ni la surface du fond.
Seuls restent les sombres éclats, la noire et brutale gravure, les pâles dessins.

eaupaques.jpg
Au fond de la matière pousse une végétation obscure ; dans la nuit de la matière fleurissent des fleurs noires. Elles ont déjà leur velours et la formule de leur parfum.

— Gaston Bachelard.